La SFECAG aujourd’hui

La SFECAG réunit un nombre croissant de personnes intéressées par la céramologie (17 présents à la réunion constitutive de 1962, 44 adhérents en 1968, 123 en 1978, 204 en 1985 et 454 en 2016).

Depuis plus de 50 ans, la SFECAG, à travers ses colloques ou ses congrès et les communications qu’elle encourage, à travers les expositions et les excursions, œuvre à la promotion des études sur la céramique, informe des découvertes, des besoins et des orientations nouvelles de la recherche en céramologie, dans le but de tendre vers une connaissance approfondie de la vie antique.
En pratiquant l’alternance géographique pour la tenue de ses congrès, y compris dans les pays limitrophes, la SFECAG cherche à entrer en contact avec les spécificités régionales de la céramique ; elle est, pour les céramologues, l’occasion de faire le point sur les connaissances ou sur les découvertes récentes.

Les sujets d’étude de la SFECAG concernent tous les aspects de la céramique :
– la vaisselle de table, sigillée et autres, les céramiques communes, fines et grossières, les lampes et les statuettes, les chenets, les tuiles et les briques, les amphores, etc. ;
– les ateliers ou les centres de production, avec les carrières d’argile, les fours, les dépotoirs, l’organisation des bâtiments, etc. ;
– la diffusion, la commercialisation, les modes de transport, les entrepôts, etc. ;
– les différentes utilisations : domestique, culinaire, funéraire, religieuse, etc. ;
– l’élaboration de séries : typologiques, chronologiques, etc. ;
– la réalisation de répertoires décoratifs, etc. ;
– l’étude des influences reçues et exercées, etc. ;
– les conclusions concernant la nourriture, l’économie, la religion, la vie quotidienne et collective, etc.;
– les problèmes méthodologiques.

La SFECAG se propose donc, sans cesse, d’encourager la recherche technique et scientifique, sans jamais la séparer des buts humanistes de l’Histoire.
En outre, son but est de créer, entre ceux qui s’intéressent à la céramologie, des relations interpersonnelles et des rapports de groupe aussi coopératifs que possible.
Autant qu’il se peut, la SFECAG, à travers ses congrès et la publication des actes qui en découle, s’offre comme un espace de liberté, une tribune, pour tous ceux qui, amateurs ou professionnels, débutants ou chercheurs confirmés, participent à la diffusion de l’information.
Depuis 50 ans, le GECAG puis la SFECAG ont accumulé un fort investissement de bonnes volontés et reflètent la cohésion et la fidélité de ses membres sur lesquels reposent les principes fondamentaux de son existence.